Un potager au Morimont ?
L’association le labo M expérimente au Morimont différents modes de culture en agroécologie. Nous avons envie d’explorer plusieurs façons de faire : non travail du sol (ou alors très superficiel sur quelques centimètres), polyculture, engrais verts, rotations de cultures, en associant les visions de la permaculture, du maraîchage sur sol vivant, ou toute autre pratique qui nous paraît en accord avec le respect de la terre et ses habitants. Ce potager expérimental a pour but d’une part de contribuer petit à petit à la résilience alimentaire du lieu et aussi de pouvoir observer par nous-mêmes les effets de ces pratiques sur la santé des plantes, la biodiversité.

Essai de buttes de culture
Nous créons en ce moment des buttes à la mode Sepp Holzer, un autrichien connu pour ses travaux pionniers en permaculture. Nous avons choisi une zone du jardin où le sol est principalement constitué de remblai et de cailloux, donc sur lequel des légumes auraient du mal à pousser.
Après avoir creusé des tranchées d’environ 50cm de profondeur pour 1m de large, nous y avons déposé de la matière carbonée de type troncs d’arbres en décomposition et branchages, suivie de matière azotée (tonte de gazon, feuilles, tout ce qui est vert et tendre). La terre a été rajoutée par dessus, recouverte d’un paillage (foin, paille…). Le tout prend une épaisseur d’environ 1m et forme une butte.

Nous voulons expérimenter ce type de culture pour plusieurs raisons. Les buttes ont l’avantage de créer plus de surface cultivable, d’être la plupart du temps autofertiles grâce à un bon équilibre carbone/azote, de couper le vent, d’être à une hauteur plus facilement cultivable, ou encore de créer des microclimats permettant une biodiversité plus importante (ensoleillement, humidité différentes selon les endroits).

La butte façon Sepp Holzer a des avantages supplémentaires. Elle dure plusieurs années sans trop se tasser grâce aux troncs d’arbres qui se décomposent lentement. Le bois en profondeur permet de stocker l’eau et donc de potentiellement se passer d’arrosage. Ensuite, elle est censée être autofertile, c’est-à-dire qu’aucune fertilisation extérieure n’est nécessaire pour que les plantes poussent, et ce pendant des années.

Comment une telle butte peut être autofertile ?

Il est évident que les forêts n’ont pas besoin d’engrais pour pousser. Les arbres poussent tout seuls, et de manière assez impressionnante. Le sol des forêts doit donc être particulièrement fertile pour soutenir une telle production de biomasse. Il est fertile (c’est-à-dire vivant!) grâce à la présence d’humus, une matière organique stable et complexe composée de débris de végétaux en décomposition, de sécrétions racinaires, d’excrétions d’organismes décomposeurs, de bactéries et champignons, ainsi que des cadavres de tout ce beau monde. L’humus se forme grâce à l’activité de minéralisation des bactéries, champignons et autres organismes décomposeurs. Toutes ces petites bêtes respirent, mangent et éliminent. Elles ne peuvent faire leur travail d’humification qu’au contact de l’air. Il est donc très important que ce processus se fasse en présence d’oxygène (processus aérobie), sinon d’autres bactéries prennent le relai et transforment la matière carbonée en matière fossilisée inutilisable par les plantes.

En ajoutant du bois dans la butte, on favorise l’activité des champignons (les seuls à savoir digérer la lignine, un des composants du bois) et ainsi la formation d’humus stable. C’est une façon de recréer une sorte d’écosystème de forêt.

La présence d’humus favorise l’exploration du sol par les racines et les champignons, l’aération du sol ainsi que le stockage de l’eau et des sels minéraux. Ainsi, les plantes peuvent facilement puiser les nutriments et l’eau dont elles ont besoin, sans aucun apport externe de fertilisant.

Cet apport important en carbone va nourrir toute la vie du sol, notamment les bactéries fixatrices d’azote qui vont enrichir le sol en azote, élément indispensable à la croissance des plantes.

Dans les premiers temps, le rapport carbone/azote de la butte sera très élevé, c’est-à-dire qu’il y aura un fort excès de carbone par rapport à l’azote, en raison des troncs d’arbre. Cela conduit à une « faim d’azote » : pour former de l’humus à partir de carbone les petites bêtes citées plus haut consomment de l’azote, qui vient donc à manquer. Il n’y a bientôt plus assez d’azote pour permettre la décomposition de la matière carbonée (les troncs d’arbres). Si l’azote manque, les bactéries qui transforment la matière organique carbonée en humus sont remplacées par d’autres bactéries qui vont fossiliser cette matière organique et la rendre indisponible pour les plantes.

Il faut donc compenser ce manque d’azote en apportant des matières très riches en azote, de type fumier, compost. Cet apport externe d’azote est bénéfique dans les premiers temps, jusqu’à ce que les microorganismes du sol (notamment les bactéries fixatrices d’azote) se développent et réalimentent le sol en azote. Dans les buttes nous allons essayer des apports différents : orties, consoude, purin d’herbes, urine fraîche diluée (très riche en azote), et nous allons noter si nous observons des changements dans la santé des plantes.

Que va-t-on planter sur la butte ?

On cherche à avoir des cultures diversifiées pour limiter le risque de maladies et mettre en place des associations bénéfiques. On varie les familles (légumineuses, courges, crucifères…), les utilisations de l’espace (culture multi-étagée comme la milpa), les différents horizons explorés par les racines (pivotantes, fasciculées…). Pour que la couverture de sol soit maximale, on choisit des espèces dont les cycles de vie se succèdent. On mélange aussi des plantes annuelles avec des vivaces.

Quels sont les prochains projets au potager ?

Une zone du jardin est cultivée en planches permanentes. Elle a été occultée tout l’hiver, puis nous l’avons recouverte de 5cm de broyat de branches d’arbres (frêne essentiellement). Ce n’est pas du BRF car les branches sont plus âgées que pour du BRF. Ce broyat est plus riche en carbone et mettra plus de temps à se décomposer. Il enrichira sûrement plus le sol en humus, si on maintient un apport régulier en azote dans les premiers temps pour stimuler l’humification.

Un triangle de prairie été semé avec un mélange de trèfle incarnat et de phacélie, des engrais verts. Nous avons seulement passé la grelinette avant de semer, nous sommes curieux du résultat…

Des semis sont en cours de levée : salade, oignon, betterave, camomille romaine, chou kale, et des plants poussent tranquillement sur les planches permanentes : lupin, gentiane jaune, tomate, poivron, piment, poireau, courge, maïs, haricot, petit pois…

Nous avons créé trois petites buttes dans lesquelles nous avons planté des pommes de terre au mois d’avril. Récemment nous avons ajouté des plants de salade sur le dessus. Les buttes sont formées d’une succession de couches de fumier ancien et de tonte de gazon, recouvertes de paille. Les pommes de terre, posées à même le sol, traversent les couches et poussent très bien ! Cette façon de faire est inspirée de celle de Damien Dekarz, de la chaîne youtube Permaculture agréocologie etc, qu’on ne saurait que trop conseiller.

Nous avons l’intention de construire une serre avec des fenêtres de récup d’ici le printemps prochain, car les chassis improvisés en bottes de paille recouvertes de vitres n’ont pas très bien fonctionné. Les graines se sont faites dévorer par les lézards et les mulots…

Tous ces projets ont pu être entrepris grâce aux belles énergies des volontaires internationaux que nous avons accueilli en avril : Benjamin (France), Lena (Allemagne), Tabea (Allemagne), Liliia (Russie), Daan (Pays-Bas) et Eias (Allemagne).

Ce que nous entreprenons au jardin part d’une volonté d’expérimenter afin de trouver des méthodes adaptées au lieu (type de sol, conditions météo…) , aux rythmes de chacun, tout est perfectible et en évolution constante ! Nous sommes très curieux de découvrir d’autres points de vue et façons de faire, n’hésitez pas à partager votre conception de l’agroécologie :)

Sources d’inspiration :

– Damien Dekarz : https://www.youtube.com/user/permacultureetc

– Sepp Holzer, le permaculteur autrichien

– Jean-Martin Fortier, le jardinier-maraîcher

– Didier Helmstetter, le potager du paresseux

– réseau maraichage sur sol vivant

– réseau permaculture 

Pour suivre l’évolution du jardin, une mise à jour au mois d’août par ici : Un été au potager

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *