Here’s a short text sent to us by Lola, who spent about one month and half with us in October 2017.

I’ve decided to tell you a story, and let you decide for yourself what it’s truth is. Or if the truth of a story is what matters of it anyways:

 

I dreamt last night of the stars at Le Morimont. I saw again the impossible, number of stars in the sky there. And I am sure, that against all logic, there are extra stars in the sky there. In retrospect of my time spent living and working at Le Morimont, I see clearly that the Le Morimont sits under a dome of its own. This dome, something like a bubble, bubbles just a bit bigger than it need be. It expands within the world that surrounds it, mindful not to excommunicate the surrounding towns and trees. It creates just enough room for stillness; leaves just enough room for each who finds themself at the Le Morimont, along some part of their journey, to be present.

 

 

When you count the extra stars, you realize the sky at Le Morimont is like nothing you have ever seen before. This is because the stars at Le Morimont mirror the magick imprinted in space of every beautiful soul that has come to belong here before. And as if that is not enough, these stars–the mirrors of souls come, gone, and in between–illuminate you. So you see that you too are a star with an imprint.

 

Now this seems fantastical and romantic, because yes, to a degree it is. However, the moment you realize you have a light all of your own, you become conscious of your impact. You become conscious of your interconnectivity. So, you breath in this revelation with gratitude for all the other stars in the sky, because you will need them now more than ever. Because, tomorrow when you wake in midst of your first true autumn, and you hear the wind rustle through the scarlet-orange trees, and you see the leaves dancing their last exertions before the winter comes, you will realize that you won’t be at the Morimont forever.

 

So you will smile with recognition and thanks to the constant work of Guilhem, and Eglantine, and Pascal, and all of the others who breathe life into Alsace, and constantly strive to offer the time, space, place, and understanding of you to be yourself.

 

You will leave, and they will be unaware that the have helped you learn that you carry all that you’ll ever need within–that you carry the magick of Le Morimont with you, wherever you go. So you mindfully leave a glimmering bit of your soul there, as a mirror to the next–an homage to Guilhem, Pascal, and Eglantine, one that they would never ask for. You string up your star in the sky as an anchor to move forward from, to do the work that needs be done, with consciousness–with love.

Traduction française - par Lola

J’ai décidé de vous raconter une histoire et de vous laisser décider par vous-même la vérité derrière. Ou si la vérité d’une histoire est ce qui compte réellement de toute façon:

 

J’ai rêvé la nuit dernière des étoiles au Morimont. J’ai revu l’impossible, le nombre d’étoiles dans le ciel. Et je suis sûre que, contre toute logique, je peux vous dire qu’il y a des étoiles supplémentaires dans le ciel. En rétrospective de mon temps passé à vivre et à travailler au Morimont, je vois clairement que le Morimont se trouve sous un dôme qui lui est propre. Ce dôme, quelque chose comme une bulle, qui grandit juste un peu plus que nécessaire. Il s’étend dans le monde qui l’entoure, soucieux de ne pas excommunier les villes environnantes et les arbres qui l’entourent. Cela crée juste assez de place pour l’immobilité; Il laisse juste assez de place pour chacun qui se trouve au Morimont, le long d’une partie de son voyage, pour être présent. C’est comme si l’on entre dans la bulle de la magie du marimont, et se rajoute à la collection d’étoiles dans le ciel.

 

Quand vous comptez les étoiles supplémentaires, et que vous comprenez comment cela peut être possible, vous réalisez que le ciel du Morimont est comme les étoiles que vous n’avez jamais vues auparavant. C’est parce que les étoiles du Morimont reflètent la magie imprimée dans l’espace de toutes les belles âmes qui sont venues ici auparavant. Et comme si cela ne suffisait pas, ces étoiles – les miroirs des âmes venues, disparues, et entre les deux – vous illuminent. Alors vous réalisez que vous êtes également une étoile avec une empreinte.

 

Maintenant, cela semble fantastique et romantique, parce que oui ça l’est dans une certaine mesure. Cependant, dès que vous réalisez que vous avez la lumière, vous devenez conscient de votre impact. Vous devenez conscient de votre interconnectivité. Donc, vous respirez dans cette révélation avec gratitude pour toutes les autres étoiles dans le ciel, parce que vous en aurez besoin plus que jamais. Parce que, demain, quand vous vous réveillerez au milieu de votre premier vrai automne, et que vous entendrez le vent bruire à travers les orangers écarlates, et que vous verrez les feuilles danser leurs derniers efforts avant l’arrivée de l’hiver, vous réaliserez que vous ne serez plus au Morimont pour toujours.

 

Ainsi vous sourirez avec reconnaissance et grâce au travail constant de Guilhem, d’Eglantine, de Pascal et de tous ceux qui insufflent la vie à l’Alsace, et qui s’efforcent constamment d’offrir le temps, l’espace, le lieu et la compréhension de vous pour être vous-même.

 

Vous repartirez, et ils ne sauront pas qu’ils vous ont aidé à apprendre que vous portez tout ce dont vous aurez besoin à l’intérieur – que vous portez la magie du Morimont avec vous, où que vous alliez. Donc, vous y laissez sciemment un peu de votre âme, comme un miroir à l’autre – un hommage à Guilhem, Pascal, et Eglantine, un qu’ils ne demanderaient jamais. Vous enchaînez votre étoile comme une ancre pour aller de l’avant, pour faire le travail qui doit être fait, avec la conscience – avec l’amour.